Jean Leveugle
Retour Télécharger le Flyer Billetterie Contact

La pièce

Vidéos

NOTE DE L'AUTEUR

On en dit

Radios

L'auteur

Le dossier

Technique

DRAME DRÔLE :

Je suis né en retard, cinq minutes après ma naissance,

et mon père était toujours à l'heure...



Note de l'auteur :

     Lorsque j’ai terminé ma pièce GIBUS et quitté ses animaux et objets plus vivants que les hommes et les femmes, et surtout plus sensés, l’idée m’est venue d’aborder deux autres irréels faisant parfois plus sens que le réel :
     D’abord les brumes de l’alcool : Un être saoul peut mentir, cela n’étonnera personne, mais il peut aussi dire des vérités qui ne sont pas toujours bonnes à dire. Ou qui en disent trop, ou pas assez. Il parle malgré lui, et le spectateur le sait. C’est ce rapport qui m’intéressait car si vérités il y a, elles sont aussi fuyantes. Seul le spectateur connait les réponses.
     Ensuite les dialogues imaginaires qu’on construit dans sa tête, avec des gens qui ne sont pas là mais qui existent vraiment. Qu’ils soient amis ou ennemis, qu’ils soient de la famille ou non, qu’ils soient encore en vie, ou non… Illusion dans l’espace et dans le temps, et pourtant ils sont-bel et bien là, en nous. Et ils pèsent lourd, parfois…

     NÉ EN RETARD me fait penser cette fois à un miroir à quatre faces, et à un immeuble à étages, avec d’autres gens qui habitent dans l’immeuble de notre cerveau.
     J’espère que chacun y reconnaitra l’illusion des reflets du miroir dans lequel on se regarde le matin dans la salle de bain. Un miroir auquel il nous arrive de parler, tout en ne disant rien. Un miroir qu’il nous arrive d’écouter, pourtant il n’a ni bouche ni langue. Un miroir dans lequel on n’est pas toujours seuls. Illusions…
     Dans ce miroir, cet homme nous fait rire, et pourtant… Prenez un mouchoir, on ne sait jamais…

Jean Leveugle, mars 2019


Achetez vos places

Et si chaque jour était une naissance ?...



etoile





Altamir'Arts
Photos, images, reproductions de peintures : © Jean Leveugle 2023, Touts droits réservés
Textes et musiques : © Sabam et Sacem Touts droits réservés